La propriété étrangère à 100 % des entreprises en Thaïlande

La propriété étrangère à 100 % des entreprises en Thaïlande

Table of Contents

Introduction

Lorsque les investisseurs envisagent d’entrer sur le marché thaïlandais, ils se préoccupent souvent de la possibilité de détenir à 100 % leur entreprise en Thaïlande. Habituellement, les partenaires thaïlandais doivent détenir plus de 50 % des parts, mais certaines options permettent à des étrangers de détenir 100 % des parts.

Cet article examine les différentes possibilités qui s’offrent aux entrepreneurs étrangers désireux d’établir leur entreprise en Thaïlande tout en bénéficiant d’une pleine propriété étrangère.

Key Points

  • Lorsque des personnes ou des entités étrangères détiennent plus de 49 % des actions d’une société, l’obtention d’une licence d’entreprise étrangère (Foreign Business License – FBL) est généralement requise, sauf pour certaines exceptions comme l’importation/exportation.
  • La loi sur les entreprises étrangères interdit aux étrangers de s’engager dans une cinquantaine de catégories d’activités différentes.
  • Les entreprises bénéficiant de la promotion du Bureau de l’investissement (BOI) peuvent obtenir un certificat d’entreprise étrangère (FBC), autorisant des activités normalement restreintes par la loi sur les entreprises étrangères.
  • Certaines activités, telles que celles liées à l’exportation, demeurent ouvertes à la propriété étrangère et ne sont pas soumises aux restrictions prévues par la loi sur les entreprises étrangères.
  • Les entreprises majoritairement détenues par des citoyens américains peuvent bénéficier du Traité d’amitié, qui leur accorde le privilège d’opérer en Thaïlande sans avoir besoin d’une FBL.

Impact de la loi sur les entreprises étrangères sur la propriété étrangère

La loi sur les entreprises étrangères (FBA – Foreign Business Act) divise les activités commerciales en Thaïlande en trois catégories, chacune ayant des règles spécifiques régissant la propriété étrangère et la participation opérationnelle. Ces règles portent principalement sur les niveaux de propriété et d’engagement autorisés pour les entreprises dans chaque catégorie.

Aperçu des trois listes et de leurs implications respectives :

Liste un (1) : Cette catégorie englobe des activités telles que l’exploitation de journaux, l’élevage d’animaux, le commerce des terres et diverses autres activités. Il est généralement interdit aux personnes ou entités étrangères de s’engager dans les activités de la liste un (1), sauf dans des circonstances spécifiques considérées comme des “raisons particulières”. Il n’est généralement pas possible d’obtenir une autorisation pour la participation d’un étranger à des activités de la liste un (1).

Liste deux (2) : Cette liste regroupe trois types d’entreprises, notamment celles liées à la sécurité nationale et aux activités de transport national par voie terrestre, fluviale ou aérienne (y compris les compagnies aériennes nationales). Bien que des personnes ou des entités étrangères puissent potentiellement exploiter des entreprises de la liste deux, cela nécessite l’approbation du ministre du Commerce et du cabinet. Cependant, obtenir ces approbations peut être difficile.

Liste trois (3) : La liste trois (3) comprend principalement des catégories d’entreprises liées aux services, excepté celles spécifiquement désignées par des règlements ministériels. Les personnes ou entités étrangères n’ont normalement pas le droit de participer aux activités de la liste trois, car les Thaïlandais ne sont pas considérés comme prêts à affronter la concurrence dans ces secteurs. Néanmoins, les entités étrangères peuvent demander l’approbation des activités de la liste trois (3) au directeur général de l’enregistrement commercial, au sein du département du développement des entreprises et du comité des entreprises étrangères.

Ces distinctions dans le cadre de la FBA définissent les divers secteurs d’activité et les restrictions qui leur sont liées, formant ainsi la base des règles régissant la participation des étrangers en Thaïlande.

Comment un investisseur peut-il posséder 100 % de propriété étrangère ?

Malgré les restrictions sur les activités commerciales, les étrangers peuvent atteindre une propriété étrangère à 100 % par trois moyens fiables :

Obtention d’une licence d’exploitation étrangère (Foreign Business Licence – FBL) : Les personnes ou les entités intéressées par des activités commerciales régies par la loi sur les entreprises étrangères peuvent demander une licence d’entreprise étrangère (FBL). Cette licence permet aux investisseurs étrangers de se conformer au cadre réglementaire et de participer à des activités restreintes dans des conditions spécifiques. 

Dans la pratique, la FBL est difficile à obtenir, avec un taux d’approbation moyen d’environ 50 %. Pour l’obtenir, vous devez démontrer un transfert de technologie visant à améliorer l’économie thaïlandaise ou à exploiter une activité dans laquelle les Thaïlandais et les entreprises thaïlandaises ne peuvent pas être compétitifs.

Promotion du Bureau de l’investissement (BOI) : Le Bureau de l’investissement (BOI) de la Thaïlande joue un rôle central dans la promotion des investissements étrangers. Dans le cadre de la promotion du BOI, les entreprises peuvent obtenir un certificat d’entreprise étrangère (Foreign Business Certificate – FBC) et opérer en tant qu’entités détenues à 100 % par des étrangers. Cette démarche est particulièrement avantageuse, car elle offre toute une série d’incitations et d’avantages aux projets qui remplissent les conditions requises.

Enregistrement par le biais du traité d’amitié (réservé aux citoyens américains) : Les citoyens américains bénéficient d’un avantage notable en matière de propriété étrangère en Thaïlande. Grâce au traité d’amitié, les entreprises majoritairement détenues par des citoyens américains peuvent fonctionner en Thaïlande sans nécessiter une promotion de la FBL ou du BOI. Cependant, certaines restrictions sectorielles demeurent en vigueur pour respecter les termes du traité.

Ces trois méthodes distinctes offrent aux investisseurs et entrepreneurs divers moyens d’atteindre une participation étrangère à 100 % dans le cadre réglementaire thaïlandais. Chaque option présente des avantages et des considérations uniques, il est donc important d’évaluer l’approche qui correspond le mieux aux objectifs spécifiques de l’entreprise.

Qu’est-ce qu’une licence d’entreprise étrangère ?

Les entreprises étrangères souhaitant opérer dans des secteurs réglementés par le FBA doivent demander une licence d’entreprise étrangère (Foreign Business License – FBL) avant de commencer leurs activités. La procédure implique la soumission des documents nécessaires au Comité des affaires étrangères, après quoi le demandeur attend une décision.

Il est essentiel de noter que cette démarche peut être longue et que les refus ne sont pas rares, le taux de réussite des demandes étant d’environ 50 %. Toutefois, les entreprises présentant des propositions uniques et non concurrentielles sur le marché thaïlandais, démontrant un transfert de technologie significatif ou traitant avec des sociétés affiliées ont davantage de chances d’obtenir le FBL.

Le FBL permet au gouvernement thaïlandais de superviser et de réguler l’entrée des entreprises étrangères sur le marché local. Il est crucial de souligner que l’absence de FBL requis avant le commencement des activités commerciales entraîne des conséquences graves, telles que des amendes de 100 000 THB à 1 million de THB et la possibilité d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à trois ans. Il est donc impératif de suivre le processus réglementaire pour garantir une entrée légale et sécurisée sur le marché pour les entreprises étrangères.

Quelles sont les activités commerciales qui ne nécessitent pas de FBL ?

Les entrepreneurs étrangers en Thaïlande montrent souvent un intérêt significatif pour la création d’entreprises dans des secteurs clés tels que la fabrication, le commerce, l’exportation et les services. Conformément à la loi sur les entreprises étrangères (FBA), la plupart des activités de fabrication et d’exportation, en particulier celles orientées vers le marché de l’exportation, ne sont soumises à aucune restriction, permettant ainsi aux investisseurs étrangers d’en conserver la pleine propriété.

Cependant, il est essentiel de noter que le secteur des services présente des opportunités limitées en matière de propriété étrangère. Les entreprises thaïlandaises du secteur des services sont perçues comme n’étant pas encore prêtes à rivaliser pleinement avec leurs homologues étrangers.

Quelles sont les promotions du Bureau de l’investissement (BOI) ?

Le Bureau de l’investissement (BOI) de Thaïlande joue un rôle crucial dans la promotion des investissements étrangers. Le BOI propose diverses mesures incitatives aux projets remplissant les conditions requises, ce qui en fait une voie attrayante pour les investisseurs étrangers à la recherche d’opportunités en Thaïlande. Il est vivement recommandé de considérer une promotion du BOI comme première étape lors de la pénétration du marché thaïlandais.

Principales mesures incitatives offertes par le BOI :

Propriété étrangère à 100 % : L’obtention d’une promotion BOI offre aux investisseurs étrangers la possibilité de détenir à 100 % une entreprise opérant en Thaïlande, procurant ainsi un plus grand contrôle et une flexibilité accrue.

Exigences réduites en matière de permis de travail : Les projets soutenus par le BOI bénéficient de processus simplifiés, incluant la levée des quotas de permis de travail pour l’emploi d’étrangers. Cela facilite le recrutement de personnel qualifié, contribuant ainsi au succès du projet.

Propriété foncière : La promotion du BOI autorise les investisseurs étrangers à posséder des terres en Thaïlande, offrant un avantage significatif, notamment pour les entreprises nécessitant une infrastructure physique et des opérations sur le terrain.

Avantages fiscaux : Le BOI offre des incitations fiscales, dont des exonérations de l’impôt sur le revenu, pour une période déterminée. Il est essentiel de noter que la possibilité de bénéficier d’incitations fiscales peut varier selon les promotions spécifiques et ne s’applique pas à tous les projets.

Activités commerciales encouragées par le BOI :

Agriculture et produits agricoles : Projets liés à l’agriculture et à la production de biens agricoles.

Minéraux, céramiques et métaux de base : Entreprises impliquées dans l’extraction de minéraux, la production de céramiques et la fabrication de métaux de base.

Industrie légère : Entreprises engagées dans des activités industrielles légères telles que le textile, l’habillement et la transformation des aliments.

Produits métalliques, machines et matériel de transport : Projets liés à la production de produits métalliques, de machines et de matériel de transport.

Industrie de l’électronique et des appareils électriques : Entreprises impliquées dans la fabrication d’appareils électroniques et électriques.

Produits chimiques, papier et plastiques : Entreprises engagées dans la production de produits chimiques, de papier et de plastique.

Services et services publics : Diverses entreprises de services et de services publics peuvent bénéficier de la promotion du BOI.

Développement de la technologie et de l’innovation : Les projets axés sur le développement de la technologie et de l’innovation peuvent bénéficier d’incitations du BOI, favorisant ainsi l’innovation en Thaïlande.

Qu’est-ce qu’une société du Traité d’Amitié ?

Dans la plupart des cas, une entreprise détenue à 100 % par des étrangers se heurte à des limites lorsqu’elle cherche à opérer en Thaïlande. Il existe des exceptions, et l’une d’entre elles est le traité d’amitié. Pour bénéficier de ce statut unique, une entreprise doit répondre à des critères spécifiques, notamment en ce qui concerne la structure de son actionnariat.

Conditions d’obtention du statut de traité d’amitié

Pour bénéficier des avantages de la protection du traité d’amitié, une entreprise thaïlandaise doit remplir l’une des conditions suivantes :

  • Licence d’entreprise étrangère (FBL) délivrée par le ministère du Commerce : Le ministère du Commerce peut octroyer une licence d’entreprise étrangère, autorisant une société étrangère à mener ses activités en Thaïlande. En général, cette licence est nécessaire pour les entreprises qui ne satisfont pas aux autres critères d’exemption.
  • Promotion de l’investissement et certificat d’entreprise étrangère du BOI : Les entreprises peuvent également obtenir l’autorisation de travailler dans le cadre d’une promotion de l’investissement par le Bureau de l’investissement (BOI), ainsi qu’un certificat d’entreprise étrangère délivré par le ministère du Commerce. Cette combinaison permet la propriété et l’exploitation par des étrangers.

Toutefois, il existe une voie d’exemption spécifique pour les citoyens américains détenant une majorité d’actions dans une société.

Sociétés à majorité américaine et traité d’amitié

Lorsqu’un citoyen américain détient la majorité des actions d’une société, cette entreprise est considérée comme une société à majorité américaine. Ces entités peuvent demander la protection du traité d’amitié, leur permettant de fonctionner comme des sociétés à capitaux 100 % étrangers en Thaïlande, sans avoir besoin d’une autorisation de la FBL ou du BOI.

Restrictions prévues par le traité d’amitié

Il est important de noter que, bien que la protection offerte par le traité d’amitié présente des avantages, elle est soumise à certaines restrictions. Les investisseurs américains opérant dans le cadre de ce traité n’ont pas le droit de s’engager dans certaines activités spécifiques réservées en Thaïlande. Ces activités comprennent :

  • Les communications : Opérations dans le domaine des télécommunications et des secteurs connexes.
  • Transports : Activités dans le secteur des transports, à l’exclusion de certaines exceptions.
  • Fonctions fiduciaires : La fourniture de services fiduciaires est restreinte en vertu de ce traité.
  • Activités bancaires impliquant des fonctions de dépôt : Certaines activités bancaires, en particulier celles qui impliquent des fonctions de dépôt, sont interdites.
  • Propriété foncière et exploitation des ressources naturelles : La propriété et l’exploitation de terres ou d’autres ressources naturelles en Thaïlande sont restreintes par le traité d’amitié.
  • Commerce intérieur des produits agricoles indigènes : Ce traité restreint le commerce intérieur des produits agricoles indigènes.

Exigences supplémentaires pour les entreprises relevant du traité d’amitié

En plus de ces restrictions, certaines exigences relatives à la propriété et à l’administration s’appliquent aux entreprises cherchant à bénéficier de la protection du traité d’amitié :

  • Actionnariat américain : Un minimum de 51 % des actions doit être détenu par des citoyens américains.
  • Mandat d’administrateur : Au moins 50 % des administrateurs de la société doivent être des citoyens américains.

Comment procéder si une entreprise ne remplit pas les critères mentionnés ci-dessus ?

Lorsqu’une entreprise étrangère n’est pas éligible aux options mentionnées précédemment, une solution envisageable consiste à créer une société thaïlandaise majoritairement détenue par des citoyens thaïlandais. Cela implique que plus de 50 % des actions de la société soient détenues par des ressortissants thaïlandais. De telles sociétés sont exemptées des restrictions de la loi sur les entreprises étrangères (FBA) et bénéficient de la flexibilité nécessaire pour s’engager dans diverses activités commerciales en Thaïlande.

Tirer parti des sociétés par action simplifiée thaïlandaises

Selon la réglementation en vigueur, les entités étrangères peuvent exercer la majorité des droits de vote et maintenir le contrôle d’une société par action simplifiée thaïlandaise. Elles peuvent utiliser des actions préférentielles et des droits de vote pondérés à cet effet. Cependant, il est crucial que les actionnaires thaïlandais participant à ces arrangements soient authentiques et n’agissent pas simplement comme des prête-noms.

Cette stratégie offre aux investisseurs étrangers la possibilité de créer et de gérer des entreprises en Thaïlande tout en respectant le cadre juridique. Les entreprises étrangères peuvent opérer de manière fluide dans le contexte réglementaire. Elles peuvent également mener diverses activités commerciales. Cela se fait en garantissant qu’une majorité des actionnaires soient thaïlandais et en adoptant une structure de gouvernance d’entreprise conforme.

En résumé, lorsque d’autres options de propriété d’entreprises étrangères en Thaïlande ne sont pas disponibles, la création d’une société thaïlandaise majoritairement détenue par des Thaïlandais constitue une solution viable. Cette approche permet aux investisseurs étrangers d’opérer dans les limites de la loi thaïlandaise et de mener une variété d’activités commerciales tout en respectant la loi sur les entreprises étrangères.

Nos réflexions

Lorsqu’un investisseur envisage d’entrer sur le marché thaïlandais, il est judicieux de donner la priorité au Bureau de l’investissement de Thaïlande (BOI). En tant que porte d’entrée pour les investisseurs étrangers, le BOI propose une gamme d’incitations visant à stimuler l’investissement et la croissance des entreprises en Thaïlande. Ces incitations englobent des avantages liés à la propriété, une gestion simplifiée de la main-d’œuvre, des opportunités de propriété foncière et des avantages fiscaux. Ces mesures incitatives constituent un soutien précieux pour les investisseurs et représentent une excellente occasion de tirer parti des opportunités offertes par la Thaïlande.

Book a Call with our expert

Up to an hour consultation on the process of starting and running a business in Thailand.

During this session, our lawyer will provide insights into key areas, including company structure, outsourced employment services, taxes, accounting, and other general facets of running a business in Thailand. Additionally, we are here to address any other legal queries you might have, ensuring you have a comprehensive understanding of the topic at hand.

Our responses will be pragmatic, breaking down both the legal aspects and local practices in a manner that’s easy to grasp.

Should your questions require additional research, our experts will delve deeper and follow up with further insights via email.

This consultation is offered by legal experts fluent in English, French, or Thai.

VB & Partners, BOI Visa, Open a company in thailand, work permit in thailand, PEO service, representative ofice

Related Articles

Activités commerciales du BOI éligibles à une promotion en Thaïlande en 2024
Découvrez les nombreuses activités qui peuvent bénéficier des avantages du BOI: Propriété à 100%, incitations...
Envoyer de l'argent hors de Thaïlande en 2024
Découvrez les exigences et les procédures pour envoyer de l'argent hors de Thaïlande en 2024. Obtenez...
Annulation de créance pour les entreprises thaïlandaises
The withholding tax system in Thailand plays a central role in the collection of income tax.