Est-il possible d’utiliser des actionnaires prête-noms en Thaïlande ?

Est-il possible d'utiliser des actionnaires prête-noms en Thaïlande ?

Table of Contents

Introduction

La Thaïlande a toujours été une destination attractive pour les investisseurs étrangers cherchant des opportunités en Asie du Sud-Est. Cependant, la loi sur les entreprises étrangères (FBA – Foreign Business Act) impose des restrictions sur les activités des sociétés détenues par des étrangers. Ces limitations suscitent fréquemment l’intérêt des investisseurs pour l’utilisation d’actionnaires prête-noms thaïlandais. Cependant, il est important de noter que selon la loi sur le commerce extérieur, de tels actionnaires sont illégaux en Thaïlande.

Key Points

  • Les actionnaires prête-noms sont illégaux en Thaïlande.
  • Les entreprises à capitaux étrangers sont soumises à des restrictions en matière de propriété pour de nombreux types d’activités commerciales.
  • Les actionnaires minoritaires peuvent conserver le contrôle de la société par le biais d’actions préférentielles, de droits de vote pondérés et d’accords contractuels, à condition qu’ils soient désignés.

Pourquoi les investisseurs se tournent-ils vers les actionnaires prête-noms en Thaïlande ?

Les actionnaires prête-noms suscitent l’intérêt en raison des restrictions appliquées aux sociétés dont la participation étrangère dépasse 50 % du capital social, mais aussi en raison des restrictions qui en découlent en vertu de la loi sur les entreprises étrangères.

C’est notamment le cas pour la plupart des activités de services, à moins qu’une licence d’entreprise étrangère ou une licence BOI avec un certificat d’entreprise étrangère ne puisse être obtenue.

Qu’est-ce qu’un actionnaire prête-nom ?

Il est important de noter qu’il n’existe pas de définition légale de l’actionnaire prête-nom ; cependant, d’après l’expérience et la jurisprudence, nous pouvons généralement décrire un actionnaire prête-nom comme une personne qui :

  • Ne démontre aucun véritable intérêt dans l’entreprise.
  • N’a effectué aucun investissement significatif dans l’entreprise.
  • Ne possède ni les ressources financières ni les compétences nécessaires pour être considéré comme un associé légitime.
  • Existe uniquement pour faciliter la participation étrangère dans des entreprises soumises à des restrictions.

Par exemple, désigner un travailleur thaïlandais non qualifié avec un revenu modeste en tant qu’actionnaire majoritaire d’une société ayant un capital social important, tout en lui refusant les droits de vote et de dividende, serait considéré comme l’utilisation d’un actionnaire prête-nom.

Bien que les actionnaires prête-noms semblent être une option intéressante pour les investisseurs, la loi thaïlandaise interdit leur utilisation, en particulier la section 36 du FBA.

Les investisseurs ont-ils besoin d’actionnaires prête-noms pour avoir le contrôle d’une entreprise ?

Il est intéressant de noter que la distinction clé ici réside dans la différence entre la propriété et le contrôle. Le statut d’une société en tant que thaïlandaise ou étrangère dépend principalement de la détention du capital plutôt que du contrôle. Les investisseurs étrangers peuvent maintenir le contrôle d’une société avec une participation minoritaire (par exemple, 49 %) grâce à l’utilisation d’actions préférentielles et d’un accord d’actionnaires qui définit les droits de vote et de dividende des actionnaires.

Cependant, il est important de noter que la structuration d’une société de cette manière ne peut pas complètement réduire les intérêts des actionnaires thaïlandais.

Comment puis-je trouver des actionnaires prête-noms en Thaïlande ?

En pratique, s’il existe un risque de présence d’actionnaires prête-noms et qu’un agent du ministère du Commerce le soupçonne, chaque actionnaire sera convoqué au ministère pour y être interrogé.

Un actionnaire détenant des actions dans de nombreuses sociétés est un exemple de ce qui peut éveiller les soupçons du ministère du Commerce. L’agent sera en mesure de vérifier les déclarations d’impôt sur le revenu de cet actionnaire et de déterminer s’il dispose des moyens financiers nécessaires pour supporter un tel niveau d’investissement et s’il agit ou non en tant qu’actionnaire prête-nom.

Quelles sont les implications légales du recours à des actionnaires prête-noms ?

L’utilisation d’actionnaires prête-noms en Thaïlande peut entraîner des conséquences juridiques graves. Les individus reconnus coupables d’avoir recours à des actionnaires prête-noms thaïlandais s’exposent à des amendes et à des peines d’emprisonnement. Selon l’article 36 de la loi sur le commerce extérieur, “un ressortissant thaïlandais ou une personne morale qui aide un étranger à se soustraire à la loi sur le commerce extérieur en détenant des actions en tant que prête-nom ou en étant propriétaire nominal de la société est passible d’une amende de 100 000 à 1 000 000 de bahts et/ou d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans”.

Depuis 2023, une surveillance accrue des prête-noms thaïlandais a été constatée, avec une répression des sociétés utilisant des actionnaires prête-noms dans l’ensemble du pays, notamment dans les secteurs de l’immobilier et du tourisme.

Nos réflexions 

L’utilisation d’actionnaires prête-noms est illégale en Thaïlande et inutile, car elle engendre des problèmes potentiels et des difficultés ultérieures. Avec une société correctement structurée, les actionnaires minoritaires peuvent assurer leur contrôle. De plus, l’obtention d’une promotion du BOI ou d’une licence d’entreprise étrangère permettra aux sociétés étrangères de s’engager dans des activités commerciales restreintes en Thaïlande. Notre équipe d’experts peut vous aider à structurer votre société afin de protéger votre investissement et de garantir le respect de toutes les lois applicables.

Book a Call with our expert

Up to an hour consultation on the process of starting and running a business in Thailand.

During this session, our lawyer will provide insights into key areas, including company structure, outsourced employment services, taxes, accounting, and other general facets of running a business in Thailand. Additionally, we are here to address any other legal queries you might have, ensuring you have a comprehensive understanding of the topic at hand.

Our responses will be pragmatic, breaking down both the legal aspects and local practices in a manner that’s easy to grasp.

Should your questions require additional research, our experts will delve deeper and follow up with further insights via email.

This consultation is offered by legal experts fluent in English, French, or Thai.

VB & Partners, BOI Visa, Open a company in thailand, work permit in thailand, PEO service, representative ofice

Related Articles

Activités commerciales du BOI éligibles à une promotion en Thaïlande en 2024
Les investisseurs étrangers qui envisagent des activités commerciales en Thaïlande sont souvent confrontés...
Accéder aux opportunités avec la création d'une société BOI en Thaïlande
Lors de la création d'une société en Thaïlande, il est crucial d'envisager sérieusement la possibilité...
Emplois pour les étrangers en Thaïlande : Éligibilité et restrictions
Lorsque vous envisagez de créer une entreprise en Thaïlande, la question de la nécessité d'avoir un partenaire...